Brevet cadre TAP

Tout ce qui fait partie des tenues de tradition.
Répondre
Avatar du membre
ferreboeuf
Expert supérieur
Expert supérieur
Messages : 378
Enregistré le : 19 sept. 2005, 08:46
centre d'intérêt : collectionneur

Les différents modèles de brevet parachutiste français

Message par ferreboeuf »

Bonjour fickinger

De 1960 à 1980, l’activité du C.M.P va croître jusqu’à atteindre une moyenne annuelle de 3000 sauts et de 180 brevets.
En 1980, par souci d’économie des moyens, l’E.M.A.T décide de créer un brevet d’initiation au parachutisme militaire (B.I.P.M) pour les personnels n’ayant pas une vocation de « troupes aéroportées », c’est à dire :
- les élèves-officiers des grandes écoles militaires
- les personnels de l’Ecole de formation initiale du personnel navigant (EFIPN)
- les personnels de la garde républicaine.
Ce B.I.P.M est validé après 4 descentes sous voile, au lieu de 6 pour le B.M.P.
L’instruction au sol et la phase en vol sont toujours réalisées au sein même de l’Ecole de l’Air.
En 1990, sur demande de l’E.M.A.T qui souhaite renforcer les contacts entre les futurs pilotes de transport et les T.A.P, il est décidé d’envoyer tous les élèves à l’E.T.A.P pour l’obtention de ce brevet. Mais cette solution s’avère onéreuse pour l’Armée de l’air.
Aussi, seuls les élèves-officiers des promotions de l’Ecole de l’air (E.A), de l’Ecole du commissariat de l’air (E.C.A) et du cours spécial de l’Ecole de l’air (C.S.E.A) seront brevetés à Pau. Les élèves officiers de l’Ecole militaire de l’air ainsi que ceux de l’Ecole Polytechnique continueront de sauter à Salon.
Cependant certaines écoles militaires désirent valoriser la formation parachutiste par un retour du B.M.P. D’autre part, les contraintes budgétaires de l’époque imposent des économies. Le 07 janvier 1994, l’E.M.A.T supprime le B.I.P.M. et l’action de formation correspondante.
L’officier T.A.P devient Officier de liaison de l’Armée de Terre (O.L.A.T) au sein du Détachement du groupement des fusiliers commandos (G.F.C.A) de l’Ecole de l’air.
L’E.M.A.A désirant conserver le parachutisme en tant qu’activité d’aguerrissement valorisante, un projet de brevet d’initiation spécifique « air » naît alors. Le B.I.P.M. Air voit ainsi le jour, le 30 juin 1995, par Décision ministérielle n°1474/DEF/EMAA/C.O.AIR/ACTI.2.
En 1994, l’Ecole de l’air accueille la formation des élèves-officiers du personnel navigant (E.O.P.N) pour lesquels l’obtention du B.I.P.M.Air est rendue obligatoire. A compter de cette date, l’activité parachutiste s’établit définitivement sur la plate-forme de la base Ecole de Salon. La remise d’un diplôme et d’un insigne métallique sanctionne ce brevet labellisé " air". Dès 1995, les moyens (parachutes, aéronefs, moniteurs) indispensables à l’activité parachutiste appartiennent désormais à l’Armée de l’air. En 2001, le poste de l’O.L.A.T est supprimé.
Aujourd’hui, à l’exception des militaires du rang des unités de protection et d’instruction, tous les personnels fusiliers commandos du C.F.P.S.A.A, sont brevetés parachutistes.
C’est en 1995, sous l’impulsion du Général d’armée aérienne J.C. LARTIGAU, inspecteur général de l’armée de l’Air qu’a été décidée la création des brevets parachutistes de l’Armée de l’air. Les différents modèles seront alors dessinés par le Colonel J.P. VINCIGUERRA qui s’inspirera des brevets du personnel navigant. On y retrouve systématiquement l’aile, la couronne de laurier et l’étoile.
L’Etat-major de l’armée de l’air homologue alors les brevets parachutistes de l’armée de l’air créés, par décision n°1474/DEF/EMAA/C.O.AIR/ACTI2 du 30 juin 1995. Ils seront fabriqués par les établissements Coinderoux à Paris.
Depuis cette date, la décision d’accorder ces brevets appartient au général commandant le commandement les fusiliers commandos de l’air, aujourd’hui C.F.P.S.A.A. Ils sont enregistrés par la Direction du personnel militaire de l’armée de l’air (D.P.M.A.A.).
Bonne soirée
Christian
Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.
breuil
Connaisseur actif
Connaisseur actif
Messages : 166
Enregistré le : 06 juin 2004, 22:10
centre d'intérêt : collectionneur
activité professionnelle : militaire d'active

Re: brevet initiation parachutiste

Message par breuil »

Bonsoir

Juste quelques complément technique concernant les sauts pour ces différents brevet, le BPM et le BIPM.

Le BIPM : Brevet d'Initiation (ou Instruction) Parachustiste Militaire (Le brevet sans étoile)
Le BPM : Brevet Parachutiste Militaire (le brevet simple avec une étoile). Création de ce brevet le 01 juin 1946).

Pour les obtenir, il faut 6 sauts pour le BPM et 4 pour le BIPM.

En métropole, sur le continent, pour l'obention du brevet, il faut participer à un stage à l'E.T.A.P. de PAU qui dure 2 semaine.
La 1ère semaine est consacrée à l'instruction au sol
Lors de la 2ème semaine, tout en bénéficiant de diverses instructions, les sauts sont effectués
Tous les sauts sont fait en ouverture automatique

Les 3 premiers sauts sont effectués de jour, sans difficulté particulière
Lors du 4ème saut, toujours de jour, l'ouverture du parachute de secours est testé.

Avec ces 4 premier sauts, le BIPM peut être délivré

Le 5ème saut, toujours en SOA, est lui effectué de nuit
Le 6ème et dernier saut, toujours en SOA, de nouveau de jour, mais cette fois, avec tout l'équipement individuel d'un parachutiste

Avec ces 6 saut, le BPM est délivré
Avatar du membre
ECHO1
Connaisseur actif
Connaisseur actif
Messages : 159
Enregistré le : 05 juil. 2007, 15:58
centre d'intérêt : professionnel
activité professionnelle : non communiqué

Re: brevet initiation parachutiste

Message par ECHO1 »

Il n'y a pas de saut de nuit pour valider le BIPM (4 sauts de jour dont un avec ouverture du ventral) alors que pour le BPM il y a 6 sauts dont un de nuit.

Cordialement
« S'il doit y avoir la guerre qu'elle ait lieu de mon temps afin que mon enfant puisse connaître la paix. »
Thomas Paine
maxell

Re: brevet initiation parachutiste

Message par maxell »

Bonjour a tous
Si j'ai bien compris ce que vous dites, la seul différence entre la PMP et le BIPM, c'est l'appelation donnée au brevet, ainsi que sa représentation.
PMP : 1 parachute traversé par un glaive et trois anneaux tricolores.
BIPM : Idem brevet para (sans l'étoile).
Alors, pourquoi cette différence alors que les 2 stages sont identiques ?
breuil
Connaisseur actif
Connaisseur actif
Messages : 166
Enregistré le : 06 juin 2004, 22:10
centre d'intérêt : collectionneur
activité professionnelle : militaire d'active

Re: brevet initiation parachutiste

Message par breuil »

C'est pas tout à fait cela et vous n'avez pas tout compris

Il est exact que les stages de préparation sont les mêmes et se font au même endroit mais pour chaque brevet, le nombre de saut n'est pas le même comme je l'ai expliqué plus haut.

Avec étoile 6 sauts (3 SOA de jour, 1 SOA avec ouverture du pépin de secours, 1 SOA de nuit et 1 SOA avec équipement complet du combattant).

Sans étoile, il n'y a que 4 sauts. Le saut de nuit et celui avec équipement ne sont pas effectués.

Salutation
maxell

Re: brevet initiation parachutiste

Message par maxell »

on est bien d'accord.
PMP et BIPM 4 sauts identiques : 4 sauts dont 1 avec ouverture du ventral
BPM 6 sauts dont 1 de nuit et 1 avec gaine, 1 avec ouverture du ventral.

Ma question concerne la PMP et le BIPM. Pourquoi 2 brevets différents alors que les sauts sont absolument identiques (4 sauts dont 1 ouverture du ventral)
breuil
Connaisseur actif
Connaisseur actif
Messages : 166
Enregistré le : 06 juin 2004, 22:10
centre d'intérêt : collectionneur
activité professionnelle : militaire d'active

Re: brevet initiation parachutiste

Message par breuil »

Bonjour

La différence entre ces 2 brevets se situe au niveau des personnel à qui ils sont destinés.

Le PMP : Préparation Militaire Parachutisme
Le BIPM : Brevet Initiation parachutisme Militaire.

Le BIPM est passé par des militaires en activité ou de réserve, qui souvent, ne font pas partie des unités TAP opérationnelles, qui n'ont donc pas par définition besoin de faire des sauts de nuit ou des sauts avec le matériel du combattant para. C'est souvent par exemple, les diverses écoles militaires.

Le PMP, lui est destiné à des personnes qui ne sont pas des militaires mais qui aspirent à le devenir. En général, ce sont des jeunes qui font acte de candidature lors de leur 3 jours comme on disait avant (maintenant c'est les JAPD) pour servir en unité TAP. Ensuite, s'ils sont aptes médicalement, ils effectuent une préparation militaire spécifique encadré par des parachutistes et passent ce brevet. Seulement ensuite, après cette préparation, ils signent un engagement dans la réserve ou alors, ils s'engagent dans l'armée d'active.

Voila, j'espère maintenant avoir répondu à ta question.
Avatar du membre
motti
Expert
Expert
Messages : 279
Enregistré le : 14 mai 2005, 18:17
centre d'intérêt : professionnel
activité professionnelle : militaire d'active

Re: brevet initiation parachutiste

Message par motti »

Chers amis, c'est parfait, tout y est.
Je suis moi même détenteur du brevet PMP..., je confirme à l'époque 4 sauts .

Maintenant les pmp sont délivrés à 2 ou 3 sauts.

Cordialement...
fantassin
Membre
Membre
Messages : 66
Enregistré le : 16 oct. 2008, 15:32

Re: brevet initiation parachutiste

Message par fantassin »

Il était fréquent, à l'époque du BIPM, que des titulaires de la PMP non affectés en unités TAP et n'ayant donc pas "transformé" leur PMP en BPM portent le BIPM; c'était mieux que rien sur la tenue même si le BIPM a toujours été très impopulaire, surtout chez les jeunes officiers qui ressentaient cela comme une injustice.

La "transformation sauvage" de la PMP en BIPM était particulièrement courante chez les EOR.
Avatar du membre
Opexgend
Expert classe 2
Expert classe 2
Messages : 318
Enregistré le : 30 juin 2008, 20:57

Les différents modèles de brevet parachutiste français

Message par Opexgend »

Bonsoir,
Cher Romain, je suis gendarme d'active en brigade territoriale et je ne suis pas breveté para !

Il y a une dizaine d'années je me suis renseigné pour passer le brevet parachutiste, la réponse de la hierarchie a été claire : NON, courtoisement mais fermement ! pourquoi ?

Dans la Gendarmerie cette préparation et le passage du brevet para sont réservés aux unités spécialisées, uniquement le GISGN qui regroupe le GIGN, l’EPIGN ( Escadron Parachutiste de la Gendarmerie Nationale) et encore dernièrement le GSPR ( Groupe de Sécurité de la Présidence de la République).

Hors ce cadre là à mon avis mission impossible !

Je ne parle même pas des restrictions budgétaires ... !

C'est vrai que ce brevet est prestigieux bien que portés par des milliers de militaires mais malheureusement je ne connais pas de moyens de le préparer et de le passer !

Si jamais quelqu'un avait un tuyau ... ? (sans conviction :( )

Cordialemlement, opexgend
Avatar du membre
Opexgend
Expert classe 2
Expert classe 2
Messages : 318
Enregistré le : 30 juin 2008, 20:57

Les différents modèles de brevet parachutiste français

Message par Opexgend »

Romain

A cette époque j'ai également fait cette démarche auprès des paras mais ils m'ont renvoyé à ma hiérarchie n'acceptant pas de "candidat libre" alors que comme toi j'étais prêt à prendre sur mes perms et sur mes deniers !

Je ne sais pas si cela a changé mais je ne le pense pas !

Cordialement opexgend
Avatar du membre
motti
Expert
Expert
Messages : 279
Enregistré le : 14 mai 2005, 18:17
centre d'intérêt : professionnel
activité professionnelle : militaire d'active

Les différents modèles de brevet parachutiste français

Message par motti »

Chers amis,

Il y a quelques années, j'ai fait les mêmes démarches et j'ai eu les même réponse que Opexgend.

Quant à le passer en candidat libre, c'est impossible pour une question de couverture en cas d'accident!!!

La seule solution est de passer une brevet para étranger par le biais de l'AE-COPSD. Il existe un site internet...

Cordialement
Avatar du membre
JL73
Modérateur
Modérateur
Messages : 1021
Enregistré le : 02 nov. 2008, 20:01
centre d'intérêt : visiteur

Les différents modèles de brevet parachutiste français

Message par JL73 »

j'ai une autre question
Peut t-on faire valider des sauts a titre civil pour obtenir le bipm ou équivalent.
"Jita Yuwa Kyoei"[/b
Avatar du membre
motti
Expert
Expert
Messages : 279
Enregistré le : 14 mai 2005, 18:17
centre d'intérêt : professionnel
activité professionnelle : militaire d'active

Les différents modèles de brevet parachutiste français

Message par motti »

Bonjour Blaireau,

Pour les réservistes : Il n'est pas possible pour eux de passer le brevet para, à moins qu'ils soient affectés en unité TAP.

Concernant les brevets civils, dans quels sens veux-tu l'équivalence?
Du civil vers le militaire? Impossible
Du militaire vers le civil? Peut-être possible mais il faut se renseigner auprès de la FFP.

Cordialement
ECPA 2
Connaisseur
Connaisseur
Messages : 115
Enregistré le : 01 mars 2007, 17:43

Les différents modèles de brevet parachutiste français

Message par ECPA 2 »

Bonjour, on ne peut tout simplement plus passer le BIPM, il n'est plus délivré. Et impossible également de valider des sauts civils. Mais il est possible, tout à fait légalement, d'aller passer le brevet parachutiste militaire néerlandais (5 sauts) dans un simple para-club en Hollande, agréé par les autorités militaires de ce pays qui délivrent alors tout à fait officiellement le brevet, à condition que le candidat soit, dans son pays, militaire d'active ou de réserve. Il n'existe en effet pas d'école de parachutisme militaire aux Pays-Bas.

http://www.paracentrumtexel.com/courses/militairy/

http://fr.wikipedia.org/wiki/Brevets_pa ... 9erlandais

[attachment=0]180px-Brevet_Para_Neerlandais_Argent.jpg[/attachment
Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.
Répondre

Retourner vers « Insignes, attributs, brevets, etc... »